LOUSTATS

Par Amélie Buchon le 29 avril 2009
Après 28 matchs joués cette saison, découvrez les statistiques de l'équipe du LOU ...
LOUSTATS
Jean-Louis Chauveau

Classement actuel en Pro D2 : 6ème sur 16 équipes avec 75 points au compteur

A domicile : 14 matches (11 victoires, 1 nul face à Colomiers, 2 défaites contre Albi et Agen)

A l’extérieur : 14 matches (4 victoires à Bourg-en-Bresse, Bordeaux, Béziers et Narbonne ; 10 défaites)

7ème attaque : 558 points marqués (41 essais, 34 transformations, 85 pénalités, 10 drops)

3ème défense : 428 points encaissés (27 essais, 19 transformations, 77 pénalités, 8 drops)

5 bonus offensifs : contre Tarbes, Grenoble et Bourg (à domicile), contre Bordeaux et Béziers (à l’extérieur)

8 bonus défensifs : 6 à l’extérieur (Oyonnax, Grenoble, Pau, Tarbes, Albi, La Rochelle) et 2 à domicile (Albi, Agen)

Points marqués à l’issue de la phase aller : 40 points

Nombre de joueurs utilisés cette saison : 38

Marqueurs : Rémy Grosso (7 essais) ; Lionel Gautherie (5 essais) ; Gérald Gambetta et Vinaya Wakanivuga (4 essais) ; Xavier Sadourny ; Brice Salobert et Nicolas Bontinck (3 essais) ; Fabien Laurent et Nicolas Raffault (2 essais) ; Alexandre Péclier, Laurent Pakihivatau, Jason Peseta, Olivier Nauroy, Antoine Nicoud, Aliki Fakaté, Ariel Castellina et Lionel Mallier (1 essai)

Réalisateurs : Jeandre Fourie (160 points : 47 pénalités, 1 drop, 8 transformations) ; Romain Loursac (87 points : 19 pénalités, 15 transformations) ; Alexandre Péclier (73 points : 1 essai, 12 pénalités, 4 drops, 10 transformations) ; Xavier Sadourny (30 points : 3 essais, 5 drops) ; Arnaud Mathet (23 points : 7 pénalités, 1 transformation)

26 cartons jaunes : Xavier Fiard et Cédric Leite (3) ; Aliki Fakaté, Ephraïm Taukafa, Nicolas Portier, Xavier Sadourny et Laurent Pakihivatau (2) ; Eugène N’Zi, Vinaya Wakanivuga, Milton Ngauamo, Antoine Nicoud, Nicolas Raffault, Fabien Laurent, Brice Salobert, Pierre Gicollet, Olivier Nauroy et Ariel Castellina (1)

2 cartons rouges : Milton Ngauamo et Olivier Nauroy

Source : Le Progrès