Nicolas Raffault : "J'arrêterai ma carrière à la fin de la saison"

Par Arthur Maléo le 23 avril 2013

INTERVIEW. A 34 ans et après sept saisons passées au LOU, Nicolas Raffault a décidé de mettre un terme à sa carrière de joueur professionnel à l'issue de cette saison. Le centre lyonnais nous explique les raisons de son choix et nous dresse un bilan de son riche parcours. 

Nicolas Raffault : "J'arrêterai ma carrière à la fin de la saison"
©Marc Galaor/LOU Rugby

Nicolas, tu as décidé de mettre un terme à ta carrière de joueur professionnel à l’issue de cette saison. Quelles sont les raisons de ce choix ?
NR : Ce fut une décision difficile à prendre mais ça fait bientôt un an et demi que je joue avec une pubalgie. Mon corps souffre beaucoup, je me bats tous les jours pour rester au niveau. Il faudrait que je me fasse opérer, que je m’arrête longtemps sans avoir l’assurance de revenir à mon meilleur niveau. J’ai toujours dit que j'arrêterais si je sentais que je ne pouvais plus donner le meilleur de moi-même. Je suis un peu déçu de m’arrêter sur une saison non accomplie, mais je ne veux pas faire la saison de trop. Pour moi c’est dans l’ordre des choses.

« Je suis un enfant qui a fait un tour dans un superbe manège, maintenant mon tour est terminé, il faut que je descende afin de laisser la place aux autres ! »

Cela fait sept ans que tu joues au LOU Rugby, faisant de toi l’un des cadres de cette équipe. C’est une page qui se tourne… Que retiens-tu de tes années lyonnaises ?
NR : Plusieurs choses : mon arrivée au club en 2006, la rencontre avec les anciens, la construction d’un nouveau projet, ainsi que tous ces joueurs que j’ai côtoyé et qui sont devenus "ma famille". Sportivement, il y a la demi-finale de 2007, où les joueurs s’étaient vraiment appropriés leur destin malgré le manque de moyen à ce moment-là ; La montée en TOP 14 bien sûr et surtout la fin de saison où, malgré une saison humainement difficile, le groupe a été solidaire pour aller chercher le titre à Saint Etienne.

Image - ©Marc Galaor/LOU Rugby

Tu as confié être « déçu de t’arrêter sur une saison non accomplie » : que souhaites-tu au club désormais ?
NR : Je suis très attaché à ce club. Je souhaite que le LOU Rugby accède au plus haut niveau et qu’il y reste. Ce projet ambitieux nécessite du temps, de l’énergie et de l’argent. Nous avons la chance d’avoir un actionnaire qui nous soutient ; le club évolue et se donne les moyens matériels de grandir ; il se structure petit à petit de manière cohérente, le partie sportive étant un chantier plus délicat. L’échec sportif de cette saison doit être à l’origine d’une phase de rebond. Chacun devra se remettre en question pour repartir de l’avant. Malgré tout, la saison a été riche d’enseignements : la PRO D2 est dure et nous rappelle les vertus du rugby et l’essence même de ce jeu, à savoir le combat. J’espère que le club saura apporter un nouveau souffle à ce groupe, qui a vécu deux saisons difficiles. Il est important de repartir très vite dans une dynamique positive.

Si tu devais nous résumer les faits marquants de ta carrière, lesquels seraient-ce ?
NR : J’ai quasiment tout connu dans le rugby : la montée, le titre de champion, la descente, l’autogestion, la position de favori, de leader, la pression du maintien, la conquête européenne, etc. Je retiendrai quand même mes trois titres de champion de France remportés avec le LOU et le Stade-Français ; la coupe de France remportée avec Castres ; les phases finales de HCup ; mes tournées avec le 7 mais aussi la transformation du rugby : au niveau des joueurs, du jeu et de son exposition grandissante, notamment médiatique. 

Qu’as-tu apprécié le plus dans ce sport ?
NR : Les histoires d’hommes, le partage : le partage du bonheur dans les victoires ; mais aussi le partage des peines dans les échecs ou lors des départs de joueurs en fin de saison. Je garderai aussi le bonheur de travailler et de souffrir ensemble pour atteindre un but commun. Sans oublier la convivialité et le côté « potache » de la vie de vestiaire.

Image - ©JL Chauveau (2011)

Aujourd’hui, quel horizon vois-tu concernant ton après-carrière ?
NR : J’ai divers projets. Tout d’abord, je vais commencer par partir en vacances avec ma famille et bien me reposer : je ne suis jamais parti trois semaines sans m’entraîner (rires) ! Ensuite, je vais entamer une période d’adaptation au monde de l’entreprise, dans ma société Recom (ndlr : développement commercial et accélérateur de croissance). Après cette période transitoire, je vais chercher un poste de management en entreprise. Je suis diplômé de l’EM Lyon pour être manager d’unité opérationnelle : j’aimerais diffuser les valeurs du rugby et transférer mes compétences acquises en 14 ans de sport de haut niveau. 

As-tu un dernier message à faire passer ?
NR : Il me reste deux matchs à vivre dans la peau d’un joueur de rugby professionnel. Je vais prendre beaucoup de plaisir et partager ces moments d’émotion avec ma femme, mes enfants, mes parents et mes amis. Après, je deviendrai un simple supporter du LOU, me tournant vers un autre challenge de la vie !

Image - ©JL Chauveau (2009-2010)

Nicolas Raffault... son parcours 

LOU Rugby (2006-2013)
Champion de France de PRO D2 (2011) ; Finaliste de PRO D2 (2010) ; Demi-finaliste de PRO D2 (2007).
Castres Olympique (2002-2006)
Vainqueur du Bouclier Européen (2003) ; Vainqueur de la Coupe de France / Challenge Sud Radio (2003). 
Stade Français-Paris (1998-2002)
Finaliste de la HCup (2001) ; Champion de France Première division (2000) ; Champion de France Junior Reichel (1999).

International français moins de 18 ans (1997).
International Junior FIRA (1998) : Vice-champion du monde. 
International français moins de 21 ans (2000) : Vainqueur du Tournoi des 6 Nations.
International français Universitaire (1998-2004).
International français de Rugby à 7 (2001-2004) : 4ème place aux jeux mondiaux pré-olympiques d’Akita en 2001.