APRES-MATCH… LOU-OYONNAX (18-19)

Le 18 avril 2011

Première défaite à domicile pour Le LOU Rugby cette saison, battu ce soir par Oyonnax (18-19), devant 37 000 spectateurs. Douche froide sur Gerland.

APRES-MATCH… LOU-OYONNAX (18-19)

21 heures : stupeur générale au stade de Gerland. La sirène vient de retentir, les oyonnaxiens dégagent en touche... C'est terminé. Le tableau d'affichage ne pardonne pas, 18-19 en faveur des visiteurs, Lyon s'incline après un match assez terne en termes de jeu. Une première cette saison à domicile, qui plus est dans un contexte jusque là ultra favorable aux Rouges et Noirs. Et pourtant, l'issue est logique.

Signé Jonathan Bousquet

Ce derby entre le LOU et Oyonnax, au stade de Gerland, était coché dans le calendrier depuis des mois. Après la démonstration lyonnaise d'octobre dernier face à Grenoble, pour leur baptême de feu dans l'antre de l'OL, tous s'attendaient à un scénario similaire, clou du spectacle d'une belle saison qui devait propulser Sadourny et sa bande en Top 14. La fête avait pourtant bien débutée, avec un nouveau record d'affluence : 37 000 spectateurs, merci à vous. Il ne manquait plus qu'un gros match du LOU. Trop d'attente, peut-être. Entre maladresse, malchance et manque d'inspiration, les lyonnais ont fini par se laisser envahir par la panique générale. En première période, Lyon ne fait que courir après le score, la faute à un Jonathan Bousquet en pleine bourre, auteur d'un sans faute au pied. En face, le LOU réagit que sur ballons portés mais comme un présage, Pierre-Yves Montagnat, adroit à l'accoutumé, manque par deux fois de mettre son équipe sur les rails du succès (6-6, mi-temps). Le second acte donne davantage de raisons d'y croire : Lee Thomas, venu suppléer son arrière en manque de réussite, inscrit coup sur coup deux pénalités. Alors que ses coéquipiers ne sont guère dans un grand jour, le gallois semble avoir sorti sa cape de Zorro (12-6, 53'). En vain. La suite des évènements n'est pas favorable aux lyonnais.

Une place de leader fragilisée

Offensivement, les maladresses s'accumulent, et les opportunités de contre deviennent de plus en plus nombreuses pour les joueurs de l'Ain. Oyonnax joue mieux au rugby, montre davantage de convictions et leurs efforts finissent rapidement par payer : à la suite d'une pénalité rapidement jouée, le ballon navigue jusqu'à Bousquet, toujours lui, laissé bien seul par une défense, sur le coup, plutôt passive (12-13, 56'). La crispation gagne les joueurs de Raphaël Saint-André et de Matthieu Lazerges. Incapables de créer du mouvement et peu précis dans le jeu au pied, Lyon est malmené. Et pourtant, à quatre minutes de la fin, Lee Thomas redonne l'avantage aux siens (18-16, 76'). Le leader va-t-il réussir à s'en sortir, comme le veut si souvent la coutume d'un futur champion ? Pas ce soir. Oyonnax maintient la pression et Jonathan Bousquet profite des dernières minutes pour asseoir définitivement son statut d'homme du match. Auteur de tous les points de son équipe, c'est lui qui vient crucifier tout un peuple, grâce à un drop écrit d'avance (18-19). La dernière offensive lyonnaise et le drop de la victoire raté par Lee Thomas, même s'il aurait pu changer le scénario de la fin de saison, reste anecdotique, tant Oyonnax mérite son succès. Au delà de la prestation, le plus marquant fut le sentiment de tristesse qui régnait chez les joueurs, avec le sentiment d'avoir gâché la fête. Mais la réalité est ailleurs. Ce soir, le LOU ne compte plus que trois points d'avance sur son dauphin Grenoble, à deux journées de la fin. La fin de saison s'annonce crispante, et si tout le monde reste optimiste quant au dénouement, il faudra désormais attendre le dernier chapitre, et ce fameux déplacement à Saint-Etienne : à Geoffroy-Guichard. Un joli clin d'oeil du destin.

LA FICHE DU MATCH

Pour le LOU Rugby

6 Pénalités : L. Thomas (17', 48', 53', 58', 76'), P-Y. Montagnat (27').

Pour l'US Oyonnax

1 Essai : J. Bousquet (56').
3 Pénalités : J. Bousquet (6', 17', 61').
1 Transformation : J. Bousquet (62').  
1 Drop : J. Bousquet (79').

Retrouvez dès demain, les réactions d'après-match avec des acteurs forcément très déçus de cette contre-performance.